Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

La présentation du B.A. en expo est très spécifique car elle doit mettre en évidence toutes ses qualités au moment du jugement.

Vous avez décidé d'engager votre berger allemand en exposition. Selon son âge mais aussi selon ses titres, il concourra dans des classes particulières.


Le jugement s'effectue en deux parties :

-L'examen individuel
-Les allures en groupe

L'examen individuel: la statique


Nadja vom Ahauserschloss

Le juge étant installé dans le ring, il va procéder à l’examen attentif du chien au moment où celui-ci entre dans le ring. 
A ce moment le chien est tout à fait nature et son conducteur n’étant pas encore sur ses gardes, les qualités et les défauts apparaissent tout naturellement et permettent déjà d’avoir un avis approximatif sur la valeur réelle du sujet.

L’appréciation d’ensemble ayant son importance, l’examen ultérieur plus approfondi de l’ensemble et des détails permettra dans bien des cas de conclure que la première impression est la bonne. C’est pourquoi on ne saurait trop recommander au présentateur d’être attentif au regard du juge dans toutes les circonstances.

On procède ensuite à l’examen en statique, lequel doit s’effectuer de telle façon qu’aucun des éléments de son appréciation ne soit négligé, ni oublié et dans une position tout à fait propre au berger allemand. En premier lieu, l’examen doit se faire au repos, le chien étant en position statique naturelle, des présentations excessives où les membres sont plus ou moins rectifiés et tendus sont inutiles.

Le juge ne doit pas se prêter à ces fantaisies et surtout ne pas être dupe de ces procédés artificiels destinés souvent à masquer certains défauts.

Dans l’examen de cette statique, il faut envisager l’harmonie générale du sujet, sa taille, la longueur de son corps, sa couleur, son ossature, les proportions du corps et des membres, la qualités des angulations, la forme et l’expression de la tête, la position des oreilles, l’attitude générale et le caractère qui influenceront la qualité de son type si important chez le berger allemand. Le contrôle des dents et des testicules, pour les mâles, permet d’éliminer de la reproduction les sujets porteurs de tares.

Un examen détaillé de l’ensemble du sujet permet de mettre en avant certaines consignes d’orientation de l’élevage, exemple : la longueur des croupes, des bras, etc.

Dans l’examen de face on peut apprécier la tête (le crâne, les yeux, les oreilles) la largeur du poitrail, l’état des membres antérieurs et leurs aplombs (face frontale), la position des pieds.

De l’arrière seront particulièrement apparents : les membres postérieurs, la musculature et la forme de la croupe, la position des jarrets, la queue et son attache.

De profil : la qualité du garrot, la ligne de dessus, la longueur et la position de la croupe, la longueur des rayons avant (bras et avant-bras), l’angulation de l’épaule, la longueur des rayons arrières (fémur, tibia et péroné), l’angulation arrière, la forme de poitrine et de sous-poitrine.

Un aller-retour sur une courte distance permet de contrôler les aplombs avant et arrière. Le berger allemand étant un chien bien angulé sans excès, à l’avant comme à l’arrière, il est très important que ses aplombs soient les plus parfaits possible.

Il reste à examiner le chien en action. Un tour de terrain au trot allongé, permettra de vérifier la qualité de la construction constatée en statique, d’évaluer l’amplitude du mouvement avant et arrière, la fermeté de l’ensemble et la tenue du garrot, ainsi que le dynamisme dans l’action. L’énergie que présente le sujet dans son déplacement révèle la qualité de sa puissance locomotrice ainsi que son tempérament.

Cet examen permet également de déceler les éventuelles boiteries.
Le berger allemand étant un trotteur, il se déplace, aux allures, en diagonale (quand les membres s’associent par bipèdes diagonaux — patte avant gauche allongée sur l’avant, arrière gauche allongée vers l’arrière, dans le même temps, avant droite repliée vers l’arrière, arrière droite repliée vers l’avant).
Une démarche latérale est tolérée quand le berger allemand marche au pas lent quand les membres évoluent par bipèdes latéraux, mouvement appelé amble (voir la démarche rapide des dromadaires).

À la fin de cet examen très complet, le juge déterminera le qualificatif provisoire ainsi que le classement de départ avant les allures en groupe, en tenant compte de la qualité d’ensemble des sujets présentés à l’examen individuel.



L’examen en groupe : les allures
 


Hill v.Farbenspiel

Les propriétaires confient la présentation de leur chien à des drivers habitués à la représentation, ils s’occupent uniquement d’appeler leur chien de l’extérieur du ring afin de le motiver.

Les allures permettent de mettre en valeur la résistance physique du berger allemand, car la pression sur la laisse exercée, parfois pendant de très longs moments en fonction du niveau de la compétition, permet de la faire ressortir.

Les juges s’attachent à départager les chiens en fonction des qualités et des défauts mis à jour pendant ces allures.

Les chiens sont appelés dans le ring par ordre dégressif établi lors de l’examen individuel. Le juge procède à l’examen du coup de feu pour vérifier leur Bon équilibre nerveux, les chiens commencent à marcher au pas. Le juge examine les chiens en commençant par les derniers et en les comparant les uns aux autres, ceci pour l’ensemble de la classe.

Les allures au pas permettent de vérifier les qualités globales ainsi que certains défauts constatés à l’examen individuel.
Le berger allemand étant un trotteur, la qualité et la puissance de son arrière-main sont indispensables au bon fonctionnement de son ensemble, car c’est l’arrière, moteur du chien, qui le propulse.
La pression exercée sur la laisse permet de faire ressortir cette qualité.

Des allures rasantes lorsque le déplacement s’effectue à faible distance du sol sont appréciées ; les allures relevées, lorsque les membres antérieurs tout en embrassant peu de terrain se fléchissent beaucoup dans leur action, bien qu’étant spectaculaires pour le public ne sont pas valorisantes.
Le dos parfaitement ferme et tendu permet une excellente transmission de ce mouvement à l’ensemble de l’avant-main, celle-ci prenant le plus de terrain possible, le garrot restant haut dans l’action.

La synthèse de ces paramètres associée aux autres critères (type, tête, fermeté ligamentaire et d’ensemble, couleur, résistance, éveil, dynamisme…) permettent de faire évoluer le classement d’ensemble. Celui-ci est affiné par une comparaison en groupe de quatre, lors d’un passage rapide, où le chien doit confirmer l’Excellente qualité de la construction qu’il a montré précédemment.

Le classement terminé, le qualificatif est attribué. Il est certain qu’un propriétaire de berger allemand, non averti de la présentation, rencontre des difficultés pour montrer son chien.

La qualité des présentateurs pour la mise en valeur des bergers allemands est très importante, ceux-ci sont devenus au fil des ans de plus en plus sportifs, préparant les chiens de façon méthodique, voire professionnelle.

Les juges demandant de plus en plus d’allures et de résistance, un niveau a été atteint qui n’a plus rien à voir avec la présentation des années 1970.

Par ailleurs, les titres de travail (le berger allemand étant avant tout un chien d’utilisation) sont nécessaires pour les classements des adultes, c’est pourquoi il est indispensable pour tout propriétaire de berger allemand de se rapprocher du club de race, afin de ne pas se présenter, même pour une confirmation, sans un minimum de connaissances.


Les qualités recherchées:

Lors d’un jugement le juge s’oriente vers deux grands axes à travers lesquels il va définir son classement.

Le premier concerne l’aspect global du chien et sa qualité esthétique d’ensemble.
Le second aura trait à l’efficacité et la qualité d’ensemble de son déplacement.

L’esthétique globale ou « extérieur » du chien est bien entendu la première image que nous avons du chien. C’est aussi et surtout celle qui donne à notre B.A. cette image particulière et séduisante. Quels sont les éléments qui interviennent dans cette image ?

C’est dans cette première phase d’analyse que l’on parle de « type ». Le type correspond essentiellement à la ressemblance à la race et au sein d'une race à la ressemblance à la famille ; Lors du jugement, lorsqu'on parle de type on parle de ressemblance à la race.

Une très belle tête, une très bonne pigmentation, un aspect éveillé souvent révélateur d’un excellent caractère sont les éléments moteurs de cette première appréciation.

Les proportions d’ensemble (hauteur/longueur) la tenue du garrot (haut) ainsi que la qualité des angulations, particulièrement de l’arrière qui vont donner au B.A cette position si particulière, vont mettre en évidence le coté positif de cette première impression.

Dans la partie statique de l’examen du chien, le juge en ayant à l’esprit la première image du sujet devra faire ressortir les qualités osseuses (squelette) comme la longueur de la croupe, du bras, de l’avant bras, du fémur ou des angles formés par ces os qui devront permettre au sujet de fonctionner de la manière la plus efficace.

C’est au cours de l’examen en groupe des allures que le juge va modifier son classement de départ.

Globalement il va rechercher l’efficacité du mouvement (amplitude des antérieurs et postérieurs) la tenue du garrot, la fermeté de sa ligne de dessus qui permet une très bonne transmission du mouvement de l’arrière-main vers l’avant-main, une bonne fermeté ligamentaire particulièrement des coudes et jarrets. Et bien évidemment la tonicité et fraîcheur physique du sujet va souvent faire la différence dans le classement.

Les qualités recherchées actuellement au travers des jugements sont des tailles plus conformes au standard, de bonnes pigmentations (œil et pelage), des têtes conformes au sexe (mâle ou femelle), pas de lourdeur de poitrine et sous poitrine, de bons aplombs particulièrement sur les antérieurs.

Par Marc Renaud (Le berger allemand, édition Arthémis)


extrait de: www.berger-allemand.org